LobaFilm » L’histoire du film

L’histoire du film

catherine-curandoCatherine à Toulouse

Je soigne depuis 25 ans et j’ai toujours été scandalisée par ce que pouvaient subir les mères et les enfants pendant l’accouchement en milieu hospitalier.
Il y a 5 ans, poussée par une extraordinaire intuition, j’ai décidé de recueillir les témoignages de mes patientes, grâce à la complicité de ma fille Lila Fraysse, chef opératrice.

Le voyage

mercado-san-cristobalMexique

tolosaToulouse, France

habanaHabana, Cuba

En 2011, nous avons commencé à tourner là où j’habite, c’est-à-dire à Barcelone . A chaque entretien, nous étions estomaquées par ce que nous apprenions, par la lucidité et la force des femmes que nous rencontrions. Je n’ai pas cherché à faire un tableau exhaustif de la situation actuelle ni à avoir une démarche scientifique. Les personnages du film se sont imposés d’eux-mêmes au fil du temps, au fil de ma compréhension, au fil de ma colère…

Pour mieux appréhender le sujet, j’ai suivi Pepi Domínguez sage femme à Barcelone, lors de ses consultations. Et j’ai pu assister à des accouchements à la maison.

En 2012, comme je travaille depuis 14 ans au Mexique, j’en ai profité pour demander aussi à mes amies de me raconter leurs accouchements. De plus, ayant la chance d’avoir été accueillie dans un village zapotèque de Oaxaca, j’ai pu confronter la manière ancestrale à la manière actuelle de vivre l’accouchement.

Puis, naturellement, je suis allée en France à Toulouse voir mon amie Fabienne avec qui j’ai etudié l’ostéopathie et qui m’a accompagnée pour l’accouchement de ma deuxième fille.

En 2013, je suis allée voir comment se pratiquait l’accouchement à Cuba, pays où l’industrie pharmaceutique n’a pas pris le monopole.

Après tout ce périple, il m’a semblé évident de donner la parole aux sages femmes, gardiennes de connaissances ancestrales qu’on est en train d’éradiquer. Nous sommes donc reparties au Mexique, pour recueillir les témoignages de ces sages femmes.

En 2014, de retour en France, je découvre qu’il n’est maintenant plus possible d’accoucher à la maison.

Réalisation du projet

Avec plus de 60 heures de tournage, je suis allée voir Laia Manresa, scénariste. Avec elle, nous avons trié ce matériel pour poser les bases de ce film documentaire. Il s’est imposé comme un road movie qui suivrait mes pérégrinations et mes pensées.

Puis, avec Sergi Dies, scénariste-monteur, le squelette du film avec toutes ces conversations a commencé à prendre forme. Là, j’ai pu y mettre la voix off qui me permet d’intervenir dans le film afin d’éclairer tel ou tel sujet, ou de raconter mon voyage et les émotions qui me traversent.

Comme je pense qu’un film ne peut vivre sans sa propre musique, j’ai demandé à Manuel Callejo et Dani Rodríguez d’inventer des atmosphères musicales pour accompagner chacun de ces voyages.

Avec Sergi, nous avons pu alors finement mettre en place les images de Lila qui non seulement illustrent les voyages mais portent aussi un regard implacable sur notre société.

Pour commencer, j’ai autofinancé ce film pendant son tournage afin d’être libre dans mes choix et mes déplacements. Je voulais aussi être libre de voir où cette intuition m’emmenait. Aujourd’hui, je sais que ce film vaut la peine d’être diffusé et qu’il sera porteur de beaux débats. Aussi, pour conserver l’autonomie de ce projet, nous avons pensé faire un crowdfunding (financement participatif) que nous lancerons avec Odile Carabantes et Cecile Pomier (communication et production de cette dernière étape).

La sortie du film est prévue pour janvier 2015.